En présentant mes collections, je souhaite donner au lecteur l’envie de s’intéresser aux objets du passé, de participer à leur conservation en ne jetant pas ces objets du quotidien mais en les gardant ou à défaut en les transmettant à ceux qui s’y intéressent. Ainsi sera conservé ce petit patrimoine culturel pour les générations futures.

Chaque article présente un objet ou un groupe d’objets ayant des points communs.


Conformément aux dispositions du Code de la propriété intellectuelle, les œuvres présentées sur ce site ne peuvent être reproduites ou diffusées sans le consentement de l'auteur. Il en est de même pour les textes qui les accompagnent. Toute atteinte portée aux droits de l'auteur constitue une contrefaçon. La contrefaçon est un délit.


Pour les photos incluses dans un dossier, un clic gauche sur la photo permet (lorsque j'ai bien travaillé) de l'agrandir, et la possibilité de visionner alors de même toutes les photos du dossier en cliquant sur les miniatures obtenues en pied de l'écran.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________


lundi 17 décembre 2012

Perce fut


Autres appellations : gibelet, percette, foret coup de poing, pointeau, tâte-vin.

Ce n'est pas une vrille à bois, ce n'est pas un tire-bouchon, c'est un outil qui servait autrefois à percer les barriques pour en soutirer un peu de vin sans être obligé de retirer la bonde, et ainsi ne pas risquer une oxydation du liquide par apport d'oxygène de l'air.


On trouve deux formes de tige, soit l’extrémité est en forme de vrille, soit l'extrémité est uniquement en pointe. Mais, peut être, dans ce dernier cas la pointe n'est que le résultat d'une usure!
La tige possède généralement un double renflement annulaire pour limiter la pénétration.

Le trou est percé soit dans la bonde qui bouche le trou qui doit recevoir le robinet lorsque la barrique en est pourvue, soit dans une douelle d'un des fonds.

Le trou est ensuite rebouché avec une petite cheville conique en bois (noisetier dit on), appelée "fausset", souvent enfoncée avec la poignée de l'outil qui fait fréquemment marteau.

Cet outil était utilisé par le vigneron, le négociant en vins .... et les douaniers.



A gauche la poignée est totalement en fer.
 Au centre la poignée est en fer avec inclusion de corne noire. Marque :  EBESGUE  BERCY .
A droite la poignée est totalement en fer et la tige est terminée en pointe.

A gauche la poignée est en corne noire et les extrémités qui font tables de marteau sont en laiton.
Au centre la poignée est en bois et les embouts en laiton.
A droite la poignée est en laiton avec plaquettes latérales en corne noire rivetées laiton. Marque :  TISSEUR  BREVETÉ S.G.D.G.

A gauche la poignée est en fer avec plaquettes latérales en corne brune rivetées fer.
Au centre la petite poignée est en laiton avec plaquettes latérales en corne blonde rivetées laiton.
A droite la poignée est en laiton avec plaquettes latérales en corne noire rivetées laiton.



Catalogue "Le Parfait" pour les Tire-Bouchons 12/16




Ajout du 31.01.2013


A gauche petite poignée en laiton tige sans le renflement annulaire.
 A droite poignée totalement en fer et tige en pointe. On remarque que la partie sous le renflement est plus courte qu'à l'habitude ce qui semblerait confirmer qu'une pointe est l'aiguisage d'une vrille cassée ou usée, peut être pour un autre usage que la percette.


samedi 24 novembre 2012

Fusil à aiguiser


Fusils avec anneau d'accrochage mobile; trois ont une mèche ovale, un une mèche ronde; trois ont un manche en bois, un en corne de cervidé; tous sont munis d'une garde protectrice mais de forme différente pour chacun d'eux.

Quatre mèches rondes; une poignée et garde en bronze, deux dont la poignée est faite de deux plaquette de corne rivetées, une dernière poignée en fer avec sa garde de même.

 Quatre fusils similaires : mèche ronde, pas de garde de protection, manche en plaquettes de corne rivetées, anneau d'accrochage fixe.

De haut en bas 
 Le premier possède une mèche de section en forme de navette.
 Le deuxième une mèche faite dans une vieille lime tiers-point dont une face à été conservée, les deux autres ont été meulées, une en travers et l'autre en long.
Le troisième possède une mèche ronde et un aiguiseur à roulettes.
Le dernier, mèche ronde et manche en os.

 Trois fusils anciens forgés main, celui du haut dans une vieille lime.



29.08.2016 - Ajout

Forgé main




jeudi 22 novembre 2012

Couteau droit tout métal


En catalan : ganiveta, en espagnol : cuchillo.



Grands couteaux à pain, forgés main, munis d'un anneau d'accrochage également forgé.

 

  Idem, mais le manche a été percé pour obtenir un trou d'accrochage.


Toujours de grands couteaux à pain, forgés main, mais sans système d'accrochage.  


En haut et en bas, idem aux précédents, et au milieu probablement un couteau forgé dans la lame d'un sabre.


En haut même type de forgeage que les couteaux à pain mais avec deux poignées : couteau de fromager.
Au centre, un couteau forgé dans une lime/râpe de maréchal-ferrant.
En bas un petit poignard avec manche cylindrique monté sur une soie rivée sur une rondelle en laiton.


Couteaux de fabrication industrielle.
De haut en bas : deux couteaux à lame forgée et manche en fer coulé, puis manche en aluminium coulé, et enfin un dernier entièrement forgé.



02.11.2017 - Ajout 

 Couteau à pain - L: 42,5 cm




mercredi 21 novembre 2012

Jambier



Après l'abattage des animaux à quatre pattes, ces derniers sont suspendus tête en bas pour être vidés et dépouillés pour certains.

Pour ce faire, le paysan à la ferme, ou le boucher, utilisait un bâton courbe, passé entre les pattes arrières, dont les extrémités sont munies d'un cran. Les crans font crochets, le poids de la carcasse la fait glisser sur la courbe et maintient la carcasse ouverte.

Ce crochet est nommé jambier, autres appellations : pendoir, tinet.

Il était nécessaire d'en posséder de deux ou trois tailles différentes pour  s'adapter aux animaux abattus, et pour remédier à cet inconvénient, certains jambiers possédaient une série de crans.




Exemplaire sans cran, mais dont chaque extrémité est percée de quatre trous, deux goupilles métalliques (aujourd’hui perdues) permettent plusieurs écartements









25.02.2014 Ajout




06.07.2014 Ajout


En son milieu, un crochet en fer forgé encercle l'arc en bois

Un fer plat percé pour l'accrochage encercle le bois. Pas d'extrémités en pointe avec épaulement sur ce modèle mais 4 trous  destinés à recevoir des goupilles pour pouvoir être adapté à des carcasses de volumes différents.


16.11.2016 - Ajout


77 cm





dimanche 14 octobre 2012

Fourchette à escargot - Pique -


La fourchette est un ustensile apparu sous sensiblement la forme actuelle, mais à deux dents, sous l'empire byzantin. Elle gagne l'Italie au XIe siècle, puis la France au XVIe, mais il faut attendre la fin du XVIIe pour que son usage s'y développe vraiment, elle en profite pour s'enrichir de deux dents supplémentaires.

Aujourd'hui, seules les fourchettes à crustacés et les fourchettes à escargots sont restées à deux dents.

La consommation de certaines variétés d'escargots comme le petit gris ou les bigorneaux ne permet pas de se servir desdites fourchettes,  on utilise alors de tout petits ustensiles à deux dents qui sont commercialisés sous le nom de piques à escargots, à olives, à apéritifs, à crustacés ...

Ces piques sont rangés sur des présentoirs à caractère généralement décoratif  du meilleur au plus mauvais goût.































Voir d'autres fourchettes ou piques à escargot : http://piquesdetable.free.fr/links.html

10.02.2013 - Ajout

Utilisation de clous à ferrer comme piques sur un présentoir fait maison avec un fer à cheval à six étampures.



01.05.2014 - Ajout

Encore des clous à ferrer comme piques supportés par un fer à cheval à huit étampures.




13.01.2015 - Ajout