En présentant mes collections, je souhaite donner au lecteur l’envie de s’intéresser aux objets du passé, de participer à leur conservation en ne jetant pas ces objets du quotidien mais en les gardant ou à défaut en les transmettant à ceux qui s’y intéressent. Ainsi sera conservé ce petit patrimoine culturel pour les générations futures.

Chaque article présente un objet ou un groupe d’objets ayant des points communs.


Conformément aux dispositions du Code de la propriété intellectuelle, les œuvres présentées sur ce site ne peuvent être reproduites ou diffusées sans le consentement de l'auteur. Il en est de même pour les textes qui les accompagnent. Toute atteinte portée aux droits de l'auteur constitue une contrefaçon. La contrefaçon est un délit.


Pour les photos incluses dans un dossier, un clic gauche sur la photo permet (lorsque j'ai bien travaillé) de l'agrandir, et la possibilité de visionner alors de même toutes les photos du dossier en cliquant sur les miniatures obtenues en pied de l'écran.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________


jeudi 15 mars 2012

Cale-pot


Selon le type de foyer utilisé pour la cuisson des aliments : âtre, réchaud ..., des accessoires seront développés. 

Tout d’abord ce furent de simples pierres dans le foyer qui permettaient de poser et stabiliser un récipient en terre. 
Les accessoires du foyer firent ensuite l'objet de fabrications. 
Dès le VIe siècle avant J.C. apparaissent dans certaines régions : les chenets, les trépieds …, d’abord exécutés en argile, puis en bronze et enfin en fer. Vinrent ensuite les landiers, les crémaillères. 

Un autre ustensile fort utilisé pour la cuisson dans l’âtre servait à repousser les braises et cendres sur lesquelles on posait ensuite le récipient que l’on mettait en appui sur le dit ustensile afin d’en assurer l’équilibre. 

Son nom : accote-pot, appuie-pot, cale-pot
Sa forme : demi cylindrique, au diamètre correspondant sensiblement au pot à soutenir, une poignée, souvent  recourbée et allant jusqu’au sol en facilite le maniement. 
Son évolution : pour faciliter la combustion de la braise, on aménagea une ouverture à sa partie inférieure ce qui lui retire son rôle de repousse cendre.




 Exemplaire en terre cuite, environ 1/4 de la largeur manque ainsi que la poignée dont on voit le départ. 
Décor par étampage dont un rang alterné aux motifs de fleur de lys.

En fer, forme primitive sans passage d'air. Une série de forme identique mais de taille différente pour correspondre aux dimensions des différents récipients

En fer avec passage d'air pour activer la combustion des braises






21.10.2015 - Ajout



Deux nouveaux, un de chaque type : avec et sans passage d'air pour activer les braises. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire