En présentant mes collections, je souhaite donner au lecteur l’envie de s’intéresser aux objets du passé, de participer à leur conservation en ne jetant pas ces objets du quotidien mais en les gardant ou à défaut en les transmettant à ceux qui s’y intéressent. Ainsi sera conservé ce petit patrimoine culturel pour les générations futures.

Chaque article présente un objet ou un groupe d’objets ayant des points communs.


Conformément aux dispositions du Code de la propriété intellectuelle, les œuvres présentées sur ce site ne peuvent être reproduites ou diffusées sans le consentement de l'auteur. Il en est de même pour les textes qui les accompagnent. Toute atteinte portée aux droits de l'auteur constitue une contrefaçon. La contrefaçon est un délit.


Pour les photos incluses dans un dossier, un clic gauche sur la photo permet (lorsque j'ai bien travaillé) de l'agrandir, et la possibilité de visionner alors de même toutes les photos du dossier en cliquant sur les miniatures obtenues en pied de l'écran.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________


mercredi 20 juin 2012

Enseigne



Pompéi : commerce à identifier !!!
L’enseigne a pour objectif d’attirer ou de renseigner le passant, voire à se singulariser du concurrent. Elle se rencontre en pierre sculptée, en fer forgé et autres matériaux, et en panneaux peints. Elle doit attirer l’attention, elle raconte parfois une histoire, traite du fantastique, est un rébus, fait un calembour, ou simplement présente l’objet de l’artisanat ou du commerce du lieu, la fonction du bâtiment, l’identité du propriétaire…   

Les enseignes sur potence s’étant multipliées et devenant de plus en plus grandes pour se distinguer et être vues de loin, devinrent source de nuisances et d'accidents, en conséquence les règlements de police en limiteront la taille et l’espace libre en dessous et finiront en 1761 par les interdire en potence pour les faire poser en applique.
Elles seront alors de plus en plus des tableaux peints.

Ma collection ne concerne que des objets installés par les artisans et les commerçants sur leurs établissements soit pour être identifiés, soit pour renseigner du produit que l’on peut y trouver. 


Enseignes de serrurier, en fer.


Deux enseignes de bottier, une en fer, la seconde en cuivre marquée "Cataly fils St Germain 1867".
Un caducée de pharmacie en zinc.


Trois carottes, enseignes de marchand de tabac, celle de droite XIXe en zinc, peinte de deux pipes croisées et du mot "TABAC".
Au milieu une enseigne en fer, tous les assemblages sont réalisés à mi fer et rivetés, probablement un bar nommé "A L'OASIS".   


Trois enseignes en fer forgé, de chaque coté relatives au commerce du vin, au centre les couverts identifiaient un restaurant.


 Charcutier c'est écrit dessus, et boucher.


C'est encore écrit dessus.


A gauche fleuriste, à droite activité à déterminer.


Outillage Peugeot, double face



Carrossier ou mécanicien et plaques de façade pour indiquer les produits disponibles dans l'établissement.


Horlogerie JAZ, double face.
Deux plaques en peinture sous verre avec en prime le reflet de votre serviteur prenant la photo.



09.08.2014 - Ajout


Le panneau bois est sculpté sur les deux faces.


Enseigne de maréchal-ferrant trouvée dans l'état de la photo. 
Le grand fer à planche et la scène en silhouette proviennent d'une ancienne enseigne, ces deux éléments ont été fixés sur une potence de récupération plus récente à laquelle a été rajouté une double volute en S en renfort d'équerre.



03.09.2016 - Ajout

Maréchal-ferrant et mécanicien matériel agricole
En partie basse un support pour drapeau

2 commentaires:

  1. J'ai toujours admiré les belles enseignes en fer forgé très ouvragées que l'on trouve en Alsace : cette région a-t-elle une législation particulière en ce qui concerne ces enseignes en potence ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En général ce sont des règlementations locales qui s’appliquent, à défaut des services départementaux : architecture, patrimoine, équipement … et à défaut le code de l’urbanisme.
      Voir l’intéressante plaquette réalisée sur le sujet par les services des Bouches-du-Rhône : http://www.culture.gouv.fr/culture/sites-sdaps/sdap13/pages/information/questions_reponses/conseil_architectural/plaquette_devantures.pdf
      Si on peut apprécier l’enseigne à l’ancienne qui signale un commerce ou un prestataire artisanal, on est vite dépassé par les enseignes des grandes surfaces, sociétés … et surtout par ce que l’on appelle pudiquement les pré-enseignes, soit les panneaux publicitaires.
      La communauté d’agglomération où je réside a voté une taxation de toute enseigne ou pré-enseigne qui dépasse les 7m2, afin d’essayer d’en diminuer le nombre, je suis pour et serais même plus restrictif.

      Supprimer