En présentant mes collections, je souhaite donner au lecteur l’envie de s’intéresser aux objets du passé, de participer à leur conservation en ne jetant pas ces objets du quotidien mais en les gardant ou à défaut en les transmettant à ceux qui s’y intéressent. Ainsi sera conservé ce petit patrimoine culturel pour les générations futures.

Chaque article présente un objet ou un groupe d’objets ayant des points communs.


Conformément aux dispositions du Code de la propriété intellectuelle, les œuvres présentées sur ce site ne peuvent être reproduites ou diffusées sans le consentement de l'auteur. Il en est de même pour les textes qui les accompagnent. Toute atteinte portée aux droits de l'auteur constitue une contrefaçon. La contrefaçon est un délit.


Pour les photos incluses dans un dossier, un clic gauche sur la photo permet (lorsque j'ai bien travaillé) de l'agrandir, et la possibilité de visionner alors de même toutes les photos du dossier en cliquant sur les miniatures obtenues en pied de l'écran.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________


mardi 27 décembre 2011

Demoiselle d'Avignon

Femme grecque tenant une aiguière de Canakkale
C'est une aiguière en terre cuite très recherchée dans le sud de la France, qui en fait s'avère être une poterie turque fabriquée à Canakkale petit port situé sur le détroit des Dardanelles.

Deux théories sur leur forte présence sur Marseille, Beaucaire, Avignon ... :
1)  Ces aiguières furent importées en France durant tout le XIXe siècle, remplies de raki (eau de vie de raisin parfumé à l'anis).Les avignonnais amateurs de raki conservaient une fois vides ces belles cruches aux formes inhabituelles ce qui leur donna leur nom.
2) Les bateaux marseillais qui transportaient des marchandises françaises vers la Turquie en revenaient chargés de céramiques ottomanes qui étaient revendues sur les foires et marchés régionaux. La bourgeoisie locale était friande de décorer son intérieur de ces pièces exotiques.

Elles ont une panse ronde et un col élancé en partie fermé par une sorte de tête d'animal pourvu d'un bec verseur qui peut être, soit en forme de grande lèvre, soit en forme de tube (ce qui les fait parfois nommer Demoiselle et Damoiseau).
Sur la tête comme sur la panse sont appliqués des décors en relief aux formes de végétaux, de volutes, de rosaces ... Beaucoup de ces poteries ont des repeints très colorés de végétaux par dessus le verni.



























On trouve en France d'autres formes d'aiguières venant également de Canakkale, mais non arrivées dans l'hexagone remplies de raki ou pas, mais rapportées en souvenir par des soldats ayant participé soit à la guerre de Crimée (1853/56) soit aux batailles des Dardanelles durant la grande guerre (1914/18).


A tête de cheval ailé 
Canakkale est très proche du site supposé de la ville de Troie, est ce la raison de ce décor ?


A petit pastillage et  panse allongée et présence de croix chrétienne
Nombre de potiers appartenaient à une florissante communauté de chrétiens orthodoxes d'origine grecque.



Une de mes "Demoiselle" n'est à l'évidence pas une production turque, mais probablement française. En effet, bien que la forme soit presque identique, le verni sous le pied et la forme de ce dernier, les décors : oiseau sur la tête, corne d'abondance sur la panse, tranches de sable en applique sur le vernis (comme on en trouve sur des cruches décoratives méridionales au vernis marron/noir) me conduisent à cette déduction.
J'attends des informations de lecteurs sur cette hypothèse comme sur les lieux de fabrication de poteries ayant pratiqué des décors en tranches de sable en applique.

De fabrication française ?

Pour voir de nombreuses demoiselles aller sur le site du "e-musée" CERAMOPOLIS : 
 http://www.ceramopolis.com/?page_id=1008

1 commentaire:

  1. Bravo pour cette évocation des "demoiselles d'Avignon".

    Continuez à enrichir votre Blog par de nouveaux articles et photos...

    RépondreSupprimer